On the road…

Quand on a du quitter les Cadiens pour aller à La Nouvelle-Orléans, j’étais un peu triste, je serais bien restée un peu plus longtemps au milieu de tous ces gens délicieux que nous avions croisés, qui nous parlaient en français et nous disaient combien ils aimaient notre beau pays, nos fromages, notre vin… J’allais pas faire la fine bouche, j’adoooore les compliments…
La cambrousse est certes quelque peu hostile, mais si belle… le genre d’endroit où tu scannes d’un oeil anxieux le fond de la piscine, avant de plonger…

Alors, nous avons repris la route, elle est looooongue et droiââââte et monotone, sur une sorte de double-voie montée sur pilotis au-dessus de l’Atchafalaya, un bayou immense. Le seul réconfort, si tu tombes en panne, c’est que tu ne mourras pas de soif… mais au moment de tendre la main dans l’eau, tu vas te rendre compte que finalement la gorge sèche n’est pas ton problème n°1…

Quand on a traversé le Mississippi, j’étais très excitée et j’aurais apprécié que les enfants réalisent l’importance du moment!!!

« -On est sur le Mississippi, les enfants, vous vous rendez compte?? Maman a attendu trente-neu… trente-cinq ans pour le voir! Lachez vos DS et vos poupées, on regarde dehors, à gauche, il y a Baton Rouge, c’est dingue, c’est Baton Rouge, regardez!!!

« -C’est moche… »

Bon, c’est vrai, c’était moche.

« Bon, regardez à droite, c’est le Mississippi de Tom Sawyer, c’est dingue, non? c’est l’un des plus grands fleuves au monde, il est immense, il traverse plusieurs états, vous vous rendez compte, VOUS êtes sur le Mi-ssi-ssi-ppi, vous avez 6 et 10 ans et vous y êtes, moi à votre âge, j’avais traversé le Reyran et l’Argens !!! « 

Faut dire qu’on l’a traversé plusieurs fois le Mississippi avant d’arriver à La Nouvelle Orléans…
« -Pourquoi on l’a traversé 3 fois la rivière?
-Parce qu’elle fait des méandres…
-???
-des virages… tu sais des trucs ou faut toucher le volant pour que la voiture change de direction… »

Même moi, j’ai oublié ce que c’est: ici, pour changer de direction, y a 2 possibilités, un carrefour ou un feu rouge…
Parce qu’en fait le code de la route US est un peu différent du nôtre… non, non, pas le français, le sudiste… celui que t’apprends quand tu passes le permis entre Nice et Marseille…

Celui où on bouge les bras, on insulte, on sort de la voiture, on crie, beaucoup… et où on se muscle les mollets en été:
Embraye, 1ère, avance, freine, débraye, attends, embraye, 1ère, avance, freine, débraye, attends, embraye….
Tu souris? tu sais de quoi je parle, hein…

Déjà, ici, quand t’as ouvert la portière finalement, t’as fait le plus gros… surtout si tu vas au drive-in du fast food, au drive-in de la pharmacie (dans laquelle tu peux faire développer tes photos, acheter l’apéro, alcool-chips et cahouètes comprises, reluquer quelques couv’ de presse people, et acheter accessoirement des médicaments, ah ben non, y’a pas d’homéopathie, parce que la FDA a pas prouvé son efficacité… ben oui, des fois que ça soit néfaste… c’est pas comme une p’tite binouse avec un sachet de chips… ça, c’est prouvé, c’est efficace…) ou au drive in de la banque ou au kiss and fly de l’école, bref, tu colles tes fesses dans ton fauteuil, tu enclenches le régulateur de vitesse, et en avant, c’est « On The Road » à Bedford!!

1/Le carrefour

Toi qui projettes de venir avaler du bitume en Amérique, sais-tu les risques mortels d’emprunter un carrefour à la française ici??
Et, si tu es un peu observateur, tu vas réaliser que dans ce carrefour, il y a 4 voies et …4 stops….
et que la règle du 1er arrivé, 1er servi, s’applique…
Alors, pas compliqué, moi, j’ai pas conduit le 1er mois, puis, quand l’homme m’a poussé au cul pour que je me mette derrière le volant, j’ai évité ce carrefour stratégique tant que j’ai pu… situé à 200m de chez nous, il mène chez le pédiatre… erreur fatale. Mais comme on avait des vaccins à faire…
Il a fallu affronter l’angoisse du carrefour…
Mon 1er mois de conduite, j’ai souffert de tensions dans les cervicales et les bras, monstrueuses… J’ai sué comme on sue rarement dans une vie, à part à un accouchement, j’ai cru crevé plusieurs fois de peur… mon mari aussi, notamment quand j’ai connement emprunté un sens interdit la semaine dernière…

Mais ma 1ère traversée du carrefour m’a laissé une drôle d’impression:
« -NE ME PARLEZ PAS », j’ai crié aux enfants, « NE ME PARLEZ PAS!!! » sur un ton quasi hystérique, et là, le blanc:
qui c’est qu’est arrivé en 1er??? La fausse blonde en grosse voiture noire? ou le Stetson en grosse voiture noire? ou le…?
Bref, j’avais foiré, j’ai attendu que tout le monde me regarde en ayant l’air d’attendre quelquechose de moi, je me suis avancée puis j’ai freiné, j’ai vérifié qu’ils avaient pas changé d’avis, et j’y suis allée…
Pas glorieux… mais c’est à peu près ma technique, et j’ai bien l’impression que c’est la leur aussi…

2/Le feu rouge

Pas compliqué mais dangeureux.
Au feu rouge tu t’arrêtes. SAUF, si tu tournes tu peux passer MAIS, sache que si tu tournes à gauche: tu es au vert, mais ceux d’en face aussi…

Conseil: Attends la flèche verte ET le feu vert… ce qui peut t’éviter d’invectiver d’honnêtes gens qui n’avaient pas nécessairement planifié de te couper en 2…

Dernier conseil et pas des moindres:

Toi, l’homme des cavernes qui sort facilement de ta voiture lorsqu’un de tes congénères, pourvu je cite « d’une c… de plus que les autres faut croire » comme tu te plais à le répéter, t’insulte ouvertement en te dépassant d’une façon un peu cavalière,

NE SORS JAMAIS DE TA VOITURE AU TEXAS!!

Conseil émanant d’une texane, et vu ses yeux au moment du conseil, ne tente rien…

Explication: ici, on ne fait pas ça, ça pourrait être vécu comme une incursion dans l’espace vital, et quand on a peur et qu’on a une arme, on la sort…
Vu??



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *