« Quand on a quelque chose de difficile à faire dire à un personnage, surtout le faire boire ». Ernest Hemingway

La semaine dernière, j’ai fait quelque chose dont je voudrais te causer.
Comme tu le sais, si tu suis assidûment mes aventures, j’habite au Texas.
Avant de vivre ici, je croyais que le Texas, c’était aride, chaud été comme hiver, peuplé de gens en bottes et chapeaux, qu’ils faisaient tous du cheval au milieu des vaches et des puits de pétrole, avec leur flingue passé à la ceinture.
Bon, et bien, comment dire, ce n’est pas tout à fait ça…
En vrai, il arrive qu’on se caille sérieusement les miches en hiver.

Alors avant de te raconter les deux événements marquants de ma semaine, pour planter le décor, je vais tenter de rectifier ta vision du Texan, si comme la mienne, elle était erronée.

Alors, oui, les Texans portent des bottes, quelquefois, homme ou femme, avec glamour ou pas, le samedi ou en semaine, et moi, je trouve ça beau.
Note qu’ici, on ne connaît pas le mot « Santiag », des bottes au Texas, ce sont des boots, pas la peine de préciser, on sait tous de quoi on parle.

Pareil pour les chapeaux. Ils ne sont pas réservés à ceux qui font les malins à cheval, ici, tout le monde en porte, parce que l’hiver, ça tient chaud à la tête et l’été, ça aide à garder la tête froide, et ça c’est important, tu vas bientôt comprendre pourquoi…

Au Texas, il n’y a pas que des déserts, c’est aussi verdoyant,

et ça tombe bien parce qu’il y a des vaches à nourrir.

Non, les Texans n’ont pas tous leur arme passée dans la ceinture, parce que d’abord c’est pas confortable, et puis, en plus, au Texas, c’est interdit.
Mis à part pour mon voisin d’en face qui lui a la panoplie complète, boots, chapeau et flingue dans son holster, mais c’est pas pareil, c’est un Texas Ranger, un vrai. Et au cas où on te poserait la question au Trivial Pursuit, c’est Stephen Austin qui a créé cette milice pour protéger les premiers colons du Texas contre les indiens Karankawas.

Même pour une personne détentrice du CHL (Concealed Handgun License), les lieux où il est autorisé de porter une arme CACHEE, sont peu nombreux. Par contre, les personnes possédant une arme mais pas le CHL, peuvent garder leur arme dans leur maison comme dans le vide-poches de leur voiture. Ce qui explique probablement le flegme des conducteurs américains grâce au lien intime entre « chaleur-chapeau-vide-poches » ou encore « klaxon-sourire-vide-poches ».

Un foyer américain sur trois possède une arme à feu. Je ne connais pas les chiffres au Texas, mais en parlant avec les gens d’ici, il apparaît que très peu n’ont pas d’arme. En fait, je n’ai rencontré qu’une personne n’ayant pas d’arme chez elle: ma proprio, et elle nous a chaudement recommandé de ne JAMAIS entrer dans la cour d’un voisin à la nuit tombée.
Nos voisins, nos amis ou connaissances déclarent assez facilement posséder une ou plusieurs armes.
Il y a deux ans de cela, un prisonnier a été transporté sur une ligne régulière encadré de deux Marshals, pour être transféré. Son comportement a nécessité un atterrissage d’urgence à Dallas et les deux Marchals ont décidé de finir la route en voiture. A la sortie de l’aéroport, ils se sont arrêtés dans un centre commercial pour acheter des sandwichs. L’un des deux est resté à la voiture avec le prisonnier pendant que l’autre faisait les achats.
Il n’a pas fallu plus de quelques minutes au prisonnier pour arracher les lunettes du Marshal, lui entailler la carotide avec et filer en clopinant, pieds et mains entravés par les chaînes. Le tout filmé par les webcams du parking.
La traque a duré une semaine.
Il a finalement été abattu par la police alors qu’il squattait une maison sur les bords du Grapevine Lake, à quelques minutes de route de chez nous.
Certains de nos amis ont reconnu avoir dormi cette semaine-là avec leur arme près du lit.

C’est le deuxième Amendement de la Constitution qui leur donne ce droit: « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé ».

Evidemment, tout le monde a en tête les tueries innommables qui ont eu lieu aux Etats-Unis.
D’un côté, ceux qui soutiennent que des personnes armées dans les écoles arrêteraient le tueur avant qu’il ne fasse des victimes, d’un autre, ceux qui soutiennent que le pays compte bien trop d’armes.
Il y a aussi tout ce que l’on entend aux infos ici. Une jeune femme qui a eu un accident de voiture l’année dernière et qui est allée taper à la porte de la première maison sur sa route. Le propriétaire a eu peur et a tiré à travers sa porte…
Ou encore, ce gars qui après une fête un peu arrosée dans le centre de Dallas s’est trompé de maison et essayait d’ouvrir une porte qui n’était pas la sienne… Mort aussi.

Mais il y a aussi tous ces gens tout à fait sensés qui détiennent des armes dans des coffres, et qui les utilisent dans des centres de tirs ce que l’on appelle ici des shooting ranges.
Et là, j’en viens à mon occupation de la semaine dernière, et malgré les conseils d’ Ernest, j’te raconte tout ça à jeun et sans rougir.

La semaine dernière et pour la deuxième fois, nous sommes allés tirer. Ce qui ne fait pas de moi une folle de la gâchette pour autant. Je n’envisage pas une minute le fait d’utiliser une arme pour me défendre.
Ce qui me plaît?
Toucher une cible le plus précisément et du plus loin possible.
Comment ça se passe?
Tout d’abord, en rentrant tu as une vue plongeante sur les couloirs de tirs dans lesquels tu vas aller t’installer, une fois que tu as, dans l’ordre:
Louer un couloir de tirs, louer une arme si tu n’en as pas, acheter des munitions, donner ta carte d’identité, positionner le casque anti-bruits sur tes oreilles, et attraper une paire de lunettes de protection, parce que les douilles vont voler.

Et là, y’a plus qu’à lâcher ton appareil photo…
J’ai essayé plusieurs calibres et celui avec lequel je me sens la plus à l’aise, c’est le 9mm, moins de recul et moins bruyant.
Il faut que tu saches que l’on tire à balles réelles et que tous les gestes sont précis. On évite par exemple de se retourner vers les copains, en discutant l’arme au poing et en agitant les bras dans tous les sens…
Je ne me débrouille pas trop mal pour le moment, et je compte bien continuer, de temps en temps. Je comprends mieux mon attirance pour le biathlon et pas seulement parce que les frères Fourcade sont mignons.

Tirs à 12m

A la sortie, il est conseillé de se laver les mains avec un savon qui enlève les traces de poudre, tu fais un sourire au groupe de militaires qui rentrent, tu es contente et fière, dans mon cas, et tu te promets de revenir.

En action

Je sais que je risque de choquer ou d’en indigner certains, d’en décevoir peut-être mais j’assume complètement mon choix: oui, je porte un tee-shirt à la gloire de Johnny Hallyday et j’aime ça.



2 thoughts on “« Quand on a quelque chose de difficile à faire dire à un personnage, surtout le faire boire ». Ernest Hemingway”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *