« You may all go to hell, and I will go to Texas » David Crockett

Un de mes premiers couchers de soleil texan: Spectaculaire!

En cherchant des photos pour illustrer mon dernier article, je suis tombée par hasard sur ces photos, nos premières photos du Texas. 
Elles illustrent bien les tâtonnements de notre arrivée, notre étonnement perpétuel, nos tentatives pour trouver nos marques et notre dépaysement total. 
Texas, nous voilà!
Ni véhicule ni chevaux autorisés.

Un de nos premiers achats, un barbecue. Il ne rentrait pas dans la voiture, on a du demander à nos voisins de le ramener dans leur pick-up. On nous avait refusé la location du véhicule de livraison, notre passeport et notre permis de conduire ne leur inspiraient pas confiance. 

Une route vers l’infini, et au-delà…
Depuis cette photo, j’ai pris une quantité incroyable de routes en photo, toujours droites et infinies. Un de mes grands plaisirs lorsqu’on part en road trip. Je ne sais pas trop ce que je vais faire de toutes ces photos mais je continue à en prendre.


Quand on a emmenagé, la maison était vide. On a loué des matelas non-fumeurs qui empestaient la clope et qui ont été livrés à 11h du soir. On a pas mal pesté ce soir-là, envisageant d’aller dormir dans un motel en bordure de Highway. Notre container n’arriverait que deux semaines plus tard. On a gardé de très bons souvenirs de ces deux semaines: on campait, on pique-niquait, on allait  à la bibliothèque de la ville pour envoyer des nouvelles à notre famille…
Un de nos premiers contacts avec la vie sauvage, rien de bien méchant, juste impressionnant!
Un de nos premiers contacts avec l’électroménager américain. Surnommé le Naspi, car il NASPIre pas, cet objet n’a eu qu’un seul dessein, me faire enrager tous les jours et me prendre pour Freddy Mercury. Basta.

Une cuve de pétrole qui a du style. Et aussi, prendre des photos en conduisant, c’est mal…

La patinoire opérationnelle toute l’année à Galleria dans Dallas: je dois dire qu’elle a fait son petit effet à notre arrivée en Août.

Deux mecs chapeautés en train de se faire cirer les pompes, une bière à la main, devant le White Elephant Saloon à l’entrée des Stockyards de Fort Worth.
Et finalement, notre premier Noel, les treize desserts, le blé de la Sainte Barbe, la Provence au Texas.



4 thoughts on “« You may all go to hell, and I will go to Texas » David Crockett”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *