Halloween, El Dia de los Muertos, apprendre en s’amusant.






Ce week end, les enfants vont déambuler dans les rues, déguisés, pour fêter Halloween. 
Inutile de te décrire l’ampleur commerciale de la chose, tu te doutes qu’il y a de la courge, des déguisements et des décorations à gogo. Comme tous les ans, nous avons visité le « pumpkin patch » du coin. Il s’agit d’un champ dans lequel sont exposées des courges de toutes formes et toutes grosseurs. On trouve aussi dans le nôtre un labyrinthe-champ de maïs, un vendeur de pop-corn sucré-salé, de la viande grillée et du « cotton candy »(notre bonne vieille barbe à papa). Tous les parents du coin débarquent avec leur progéniture arborant les vêtements de circonstance, orange  automnal, et les font poser sur des bottes de foin, négligemment accoudés sur des courges géantes.

Pour la première fois nous y sommes allés en week end, mais on a fait la sortie avec nos amis texans qui, comme ils le disent eux-mêmes connaissant nos habitudes françaises plus tardives, « se couchent comme les poules » et donc ne trainent pas comme nous jusqu’à des heures indues: 19:30 en pleine semaine, dans un champ de courge qui sent le BBQ et le pop-corn à plein nez!

Les enfants ont traversé le labyrinthe sous les yeux du plus grand, blasé, qui nous a démontré l’année dernière, qu' »il suffit de tourner à main gauche tout le temps pour retrouver la sortie » puis ont choisi avec soin les courges qui allaient subir un « équarrissage » en règle pour devenir des « Jack’O Lantern ».
Comme tous les ans, nous irons faire le tour du quartier pour récolter une tonne de bonbons cancérigènes, merci les infos toujours très à propos, qui ne seront pas tous mangés, mais qui remplissent les yeux des enfants de joie et leur hémoglobine de triglycérides.
Au Texas, l’influence mexicaine est très forte et aucun mur ne pourra changer ça, alors on va aussi fêter « El Dia de los Muertos ». En effet, inutile de te préciser qu’il y a dans certaines communautés américaines une forte population mexicaine. Tu en as beaucoup entendu parler dernièrement à moins que tu ne vives en Corée du Nord.
Magnifique tradition religieuse qui se tient le week end de la Toussaint. Les maisons sont décorées et des autels à la mémoire des défunts sont dressés. 
La légende veut que les portes des Cieux s’ouvrent ce week-end et permettent à nos morts de nous visiter. On prépare donc des offrandes et notamment, des bonbons, el pan de muerto (une brioche aromatisée à l’anis), des jouets, des cigarettes et les sublimes sugar skulls, (crânes en sucre) appelés chez mes voisins du Sud, des « Calaveras ». 


Rien de morbide ici, ce n’est pas un jour de tristesse, on se souvient et on célèbre nos morts. La Mort? On la tourne même en ridicule. Souvent représentée à l’origine comme un squelette avec un grand chapeau, elle est la « Calavera Garbancera ». Elle est celle qui se la joue citadine avec son grand chapeau « à la Française ». Plus tard, elle devient « la Catrina » surnommé ainsi par Diego Rivera,  le mari de Frida Kahlo. 

Un peu d’histoire, mécréants!


Si tu as lu Tintin « Le Temple du Soleil » et regardé Les Cités d’Or quand tu étais petit, tu es sauvé!
L’origine de cette célébration remonte aux civilisations d’Amérique Centrale telles que les Aztèques, Mayas etc… sauf qu’ils faisaient dans le genre glauque. Ils conservaient les crânes des morts pour leurs rituels. Ce petit crâneur d’Hamlet  n’a donc rien inventé. Et le Pan de Muerto n’était pas encore une brioche, mais selon la légende le coeur humain d’une princesse qui a voulu montrer sa dévotion au Dieu en le mettant à mitonner dans une casserole avec de l’amarante.
Quand les Conquistadors espagnols ont débarqué, ils ont un peu halluciné sur l’ambiance et ont donc décrété direct que ça suffisait les conneries païennes. Alors la fiesta avec les maccabées, hop, on va la déplacer à la Toussaint, notre Jour des Morts, El Dia de los Muertos, merci pour les deux du fond qui suivent, en même temps que le Samhain des Celtes. Si tu regardes toi aussi la série cochonne Outlander, (ceux qui ne connaissent pas, attendez la fin de l’article pour googleliser la chose) voient de quoi je cause. 
Pour les potes pervers qui ont déjà ouvert la fenêtre Google, sachez que le bouquin existe aussi, et qu’il y a plus d’une demi-douzaine de tomes. 
Pour les chouchous du premier rang, je vais vous coller quelques photos pour illustrer mon propos.
Pour toi, lecteur en général, je ne recule devant rien, j’ai donc vaillamment vérifié mes infos sur des sites en ESPAGNOL, et je dédie donc cet article à Don Ramon, sans vous, je n’en aurais pas été capable.
OLÉ!

La Catrina, à vendre!
Les oeuvres de ma progéniture: la courge gastroentérite 2015, la courge cannibale 2014, la courge prison et la courge « les yeux plus gros que le ventre » 2016.
El Pan de Muerto avant dégustation dans les mains de ma Calavera!



6 thoughts on “Halloween, El Dia de los Muertos, apprendre en s’amusant.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *