Le Texas: cuisine et gastronomie (partie 3)

Livres de cuisine texane: mes essentiels



Texas cuisine (à prononcer « couisine »)
Mais restreindre la cuisine du Texas a son seul BBQ, serait lui faire injure. 
On y mange le poisson chat comme le poulet, frit. On y a découvert l’okra, un petit légume vert et creux qui se mange coupé en tranches et frit. Le Texas a aussi son caviar, le « black eyed pea », un petit haricot blanc avec une tache noire comme un oeil en son centre, à déguster à Noêl. 
Et les tomatillos! Une sorte de petite tomate verte qui rentre dans la composition de la « salsa verde », une tuerie qui fait pleurer et te laisse la langue brûlée au 3è degré. Parlons aussi du « biscuit » (prononce biskite) tartiné avec du beurre en accompagnement du repas. Cette petite merveille a conquis nos palais, et c’est un régal quand elle est réalisée avec maestria!

Des  » buttermilk biscuits » faits maison par un copain d’ici
Et les tacos? On en parle?
Je ne fais pas référence à ces horribles chaines qui ornent les bords de route, mais bel et bien aux petites merveilles fraiches que tu dégottes dans un food truck ou dans des micro restaurants, où tu hésites à rentrer parce qu’absolument personne ne parle anglais là-dedans!

Guac, tamales, tacos, la vie, quoi!
Et puis surtout la découverte de toutes ces saveurs que je n’utilisais pas dans ma cuisine auparavant ou avec parcimonie et séparément: la coriandre fraiche et le jus de citron vert mariés aux piments de toutes les couleurs, toutes les grosseurs et de toutes les formes! Le jalapeño, ancho, habanero, chipotle ou encore le Hatch du Nouveau Mexique qui fait tressaillir de plaisir tout le Texas dès la fin Août, à sa récolte. Il se mange grillé, sans sa peau et les Texans le mettent à toutes les sauces (c’est le cas de le dire), muffins, saucisses, pains ou tacos.

Et les sauces épicées qui accompagnent les tacos ou les viandes et qui marient les fruits, les épices et les aromates.
Par exemple, une de nos préférées, le pico de gallo. C’est une « salsa fresca ».
Je taille en petits morceaux tous les ingrédients: l’oignon doux, des tomates mûres mais fermes, du jalapeño dont j’ai enlevé les graines. J’ajoute de la coriandre fraiche hachée au couteau et j’arrose de jus de citron vert. Certaines recettes ajoutent une gousse d’ail. Tu mets au frais et tu attends que toutes les saveurs se développent. on la dévore avec des chips de maïs! 

Et les tamales? 
Quelle découverte que les tamales! Une farce à base de poulet ou de porc déchiqueté cuite à la vapeur dans son emballage de feuilles de maïs, présentée sur un lit de haricots et de riz et arrosée d’une sauce pimentée.
Tu le sens le respect qui monte là? 
Le respect du Frenchy qui parle bouffe tout le temps, à tel point qu’il a créé des fraternités et associations en tout genre pour vénérer son péché mignon avec d’autres personnes atteintes du même mal: la recherche de la baguette parfaite ou la confrérie de l’escargot. Même sur internet, les expats en manque créent des sites pour se refiler le plan de la bonne bouteille en promo chez Traders Joe, le canelé de la mort à Philadelphie, le meilleur expresso de San Francisco, la seule galette des rois digne de ce nom du continent tout entier!
Comme un chef
J’te jure, on se refait pas, le Français aime manger, aime ce qui est bon mais certains croient encore avec certitude qu’en Amérique, on ne peut pas se sustenter. 
Je te l’affirme haut et fort:
Je n’ai pas vécu dans les autres états, mais au Texas, si tu veux bien manger, tu peux!
Ne te laisse pas influencer par ceux qui ont la langue acérée, l’esprit étroit, ceux qui vont te bercer de préjugés chauvins et de clichés faciles alors qu’ils ne connaissent du Texas que ce qu’ils en ont lu dans Wikipédia. 
Le Texas a beaucoup à offrir pour ceux qui sauront partir à sa découverte. 
J’ai récemment lu un passage dans un de mes bouquins de bouffe qui disait à peu près ça: le mot « Tex-Mex » a souvent une connotation négative (à cause notamment des boites jaunes maléfiques) mais rejeter ce type de cuisine sous ce prétexte, c’est comme dire que la cuisine italienne est dégueulasse sous prétexte que tu trouves aussi des spaghettis en boite!

Je peux même te citer des grands chefs qui ont su utiliser la cuisine texane et l’élever au rang d’oeuvre d’art. 

Stephen Pyles, « born and raised in Texas » (né et élevé au Texas), est leader de ce mouvement né il y a quelques années: the New Southwestern Cuisine (la nouvelle cuisine du Sud Ouest). Ses restos sont à Dallas.  Lorsque je pense au déjeuner pris chez lui, je visualise une salle magnifique, mariant modernité et tradition comme sa cuisine et j’entends encore tous nos soupirs de plaisir à l’arrivée de nos plats. De sa margarita au jalapeño et aux fruits de la passion jusqu’à son « butterscotch pudding » en passant par son « NOLA style shrimps and grits » tout a été parfait. 

Dean Fearing, autre chef de Dallas, a revisité un plat qui est emblématique de notre état bien-aimé et en a fait un petit bijou: la tortilla soup. Ça a l’air de rien dit comme ça et tu t’imagines peut-être un gazpacho mal dégrossi ou une souplette rougeâtre. Tu te fourres le doigt dans l’oeil jusqu’à l’omoplate, les saveurs de cette soupe me titillent encore le palais et je garde en mémoire une explosion de saveurs mêlant génialement piments, épices et aromates…

Bonnell’s à Fort Worth: dans son resto, tu vas te régaler de viandes et produits qui proviennent des ranchs et exploitations du coin. Les Texas bruschettas sont « to die for » (à mourir). Les « Elk mini tacos » vont te faire découvrir ou redécouvrir le « grits » un plat typique du Sud des Etats-Unis que l’on pourrait comparer (de loin) à la polenta arrosée d’une sauce au  » green chile » (piment vert) du Nouveau Mexique, de pico de gallo et de « queso fresco » (fromage frais mexicain). Chez lui, j’ai mangé du cactus grillé pour la première fois!

Fearing’s


La prochaine fois, j’aborde le plat « polémique » et emblématique du Texas… 
« Stay tuned » comme ils disent ici!








6 thoughts on “Le Texas: cuisine et gastronomie (partie 3)”

  • Article qui fait encore plus saliver….j'en ai l'eau à la bouche. L'article est détaillé et complet grâce à tous ces détails subtiles. Juste un petit détail : une amie fait partie de la confrérie des escargots et elle adoooore manger,faire à manger et decouvrir…..voire explorer mais tu as peut-être raison elle est très chauvine! ��

  • ohhh la la j'avais mis de côté ton article pour le lire à tête reposé et en ce samedi matin je m'y suis plongé littéralement… tout m'est revenu les odeurs de la cuisine Texane, la variété … nostalgie quand tu nous tiens !
    Il est sur que je reviendrai dans cet état, je ne sais pas quand mais je reviendrai ! Il a été mon coup de coeur et ton article a ravivé de doux souvenirs ( tant il est bien écrit je me suis sentie transporté !)
    La prochaine fois je testerai un des restaurants dont tu parles !
    Merci encore
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *